Échos des Cartels

Les « Echos des cartels » accueillent toutes vos réflexions, questions, remarques, trouvailles, etc. à propos des différents aspects du cartel (dispositif, travail, production, etc.).

Faites vivre cette page en envoyant à l’adresse mail ci-dessous, vos participations sous une forme brève (quelques lignes).

cartels.pole7@gmail.com

Si vous souhaitez savoir comment Faire Cartel, cliquez ici.

Expérience d'un écho.

 

Lors d’un récent voyage à Bilbao incluant la visite obligatoire du Guggenheim, j’ai découvert l’exposition rétrospective consacrée à l’œuvre du photographe allemand Thomas Struth.

Le premier cliché de l’exposition m’apparut comme une énigme irrésolvable. Un enchevêtrement de câbles, de prises de toutes les couleurs et d’autres objets techniques formaient un ensemble à la fois impénétrable et ordonné. Bien que l’œuvre me parût incompréhensible, il n’y avait aucun doute que la composition était réfléchie, qu’elle suivait un système précis et ordonné. Curieusement le terme « Babel » me venait à l’esprit, faisant référence à ce que Florence Signon avait évoqué lors d’une des dernières séances de notre cartel autour de la lecture du séminaire « …ou pire » de J. Lacan.

Les clichés que Thomas Struth avait choisi pour cette série montraient des objets ou des situations d’une très grande complexité, parfois en lien direct avec la recherche scientifique, parfois l’application industrielle de celle-ci. En même temps il y avait également l’expression incontestable d’une absence : Une immense plateforme pétrolière, photographiée comme un monument historique, se trouvant amarrée au quai d’un port industriel, loin de sa destinée en haute mer, le chantier sophistiqué de la navette spatial en situation de maintenance, cloué au sol, une piscine d’entrainement de sortie spatiale pour l’IS, désertée par les astronautes, ou encore une salle d’opération neuro chirurgicale avec une patiente inconsciente, branchée à tout ce qu’on peut imaginer comme tuyauterie médicale (surtout à la tête), mais abandonné par le corps soignant.

Cette exposition m’a évoqué les incroyables efforts entrepris par l’homme à la recherche de la maitrise et de la connaissance. Elle me semblait vouloir montrer les traces des tentatives de l’homme pour combler son manque, tout comme la tentative d’atteindre les cieux - et donc dieu - avec la construction d’une tour. Mais la mise en scène choisit par Struth démontrait aussi l’impossibilité d’y parvenir. Les objets et situations ont été délaissés, comme le résultat d’un aveu d’échec ou comme confirmation de la barre du S barré à qui l’1 demeure inatteignable.

A. Schlaegel

Écho d'un cartel sur "...ou pire"

Mon travail en cartel sur le séminaire « … Ou pire », m’a permis de tomber sur cette phrase : « La différenciation (…) de l’homme et de la femme tient à la chance que nous avons qu’il y ait discorde au niveau des universels, lesquels ne se soutiennent pas, du fait de l’inconsistance de l’un d’entre eux ». Nous le savons : La femme n’existe pas ; chacune doit donc inventer une façon de faire avec cette jouissance pas-toute prise dans la fonction phallique. Mais ce qui m’a paru éclatant ici, c’est la possibilité, pour chacun et chacune (car l’homme aussi, bien sûr, a affaire au non rapport sexuel), d’en faire une chance. La chance de faire à partir du trou, plutôt que de faire le choix du pire, c’est à dire celui de la jouissance en jeu dans le fantasme et le symptôme. Il me semble que c’est ce qui est au cœur du séminaire « …Ou pire », ouvrant sur la possibilité d’un choix éthique pour chaque sujet. Je relève ici aussi le choix de faire une chance de la différence,  alors que nous sommes plutôt, de nos jours, dans l’ère (l’erre) de l’indifférenciation.

J. Cassagne.

Écho d'un cartel sur "...ou pire"

Douze, c’est le nombre de cartels que compte notre pôle à ce jour. Parmi ces cartels, un est encore à la recherche d’un plus-un et trois regroupent des cartellisants de différents pôles (Paris, Turquie, Espagne).

Le travail dans ces cartels s’organise soit autour d’un séminaire de Jacques Lacan, c’est le cas de cinq d’entre eux : L’angoisse (X) ; L’insu que sait de l’une-bévue s’aile à mourre (XXIV) ; … Ou pire (XIX) ; Les 4 concepts fondamentaux de la psychanalyse (XI), soit autour d’un thème spécifique : De la singularité ; Sinthome et nœuds borroméens ; Approche du Réel ; Que pouvons-nous dire de notre expérience de la passe ; Le Réel ; Sur la langue maternelle.

Il reste, selon nos informations, une quinzaine de personnes encore en recherche de cartel ou de partenaires pour faire cartel. Ces personnes, et toutes celles qu’un travail en cartel intéresse, peuvent contacter les responsables des cartels du pôle (cartels.pole7@gmail.com).

Faire écho aux cartels du pôle : Un bilan